Dans les forêts de Sibérie





Les informations:
Titre en Vo: /
Genre : Témoignage, voyage
Editeurs: Folio
Site de l'auteur:  /
Nombre de page: 304 pages
Note: 05/10

Note Auteur :

Écrivain, journaliste et grand voyageur, Sylvain Tesson est né en 1972. Après un tour du monde à vélo, il se passionne pour l'Asie centrale, qu'il parcourt inlassablement depuis 1997. Il s'est fait connaître en 2004 avec un remarquable récit de voyage, L'Axe du loup (Robert Laffont). De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié Une vie à coucher dehors (2009) et, avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis, Haute tension (2009).

Résumé

Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

Mon avis :


A partir du moment où j’ai vu la bande annonce de d’adaptation, j’ai eu envie de lire le roman. Car j’ai envie de voyager ; et aussi de découvrir la recherche de soi-même de l’auteur, et de comprendre ses besoins de solitude.

« On dispose de tout ce qu'il faut lorsque l'on organise sa vie autour de l'idée de ne rien posséder. »

On va suivre l’auteur pendant ces six mois de solitude dans un cabane perdu en Sibérie, il va nous décrire jour après jour ces réflexions.
Une des éléments qui m’a beaucoup plu, est le fait que l’auteur pour sa retraite spirituel de 6 mois en Sibérie, à décider d’emmener une soixantaine de livres pour s’occuper, et nous en fait la listes, et nous décrit en un mot pourquoi ses choix.

« Penser qu'il faudrait le prendre en photo est le meilleur moyen de tuer l'intensité d'un moment. »

C’est un roman assez dense à lire, il est parfait de le lire par petit passage pour me digérer le récit. C’est que vers la fin, j’ai voulu bâclé ma lecture, et c’était une surdose de décor et d’activité avec plus ou moins d’intérêt.

 C’est vrai que l’on ressent quelque longueur, mais les description nous décrivent vraiment les paysages, et sont magnifiques. Et on voit que l’auteur est vraiment beaucoup cultivé, avec ses réflexions de voyage, de philosophie, ainsi que littéraire. Ce qui est vraiment intéressant.

« L’ennui ne me fait aucune peur. Il y a morsure plus douloureuse : le chagrin de ne pas partager avec un être aimé la beauté des moments vécus. La solitude : ce que les autres perdent à n’être pas auprès de celui qui l’éprouve. »

J’ai appris que l’auteur en plus d’écrire son roman lors de son séjour, c’est aussi filmé, ce qui nous donne un bon aperçue de son voyage, je vous mets le lien en dessous. C’est un film d’environ 50 minutes.



Mais il y a aussi un vrai film qui en est ressorti, que j’ai hâte de voir :



En Résumé, j’ai aimé moyennement ma lecture à cause des longueurs, et je pense surtout que ce n’est pas le genre de lecture qui me convient, et m’intéresse beaucoup.


Commentaires

Articles les plus consultés