Interview de Céline Musmeaux



  Présentation

Je suis une auteur de romances pour Adolescents et Jeunes adultes, née à Marseille en 1986, je me passionne depuis mon plus jeune âge pour toutes formes d’art.

Après avoir fait mes premières armes dans le club journal de mon collège, j’ai continué à m’intéresser à l’écriture, la transformant en moyen d’expression à travers mes diverses activités comme l’écriture de poèmes relatant ses souffrances d’adolescente (Recueil : Complaintes d’adolescente – Les larmes d’un ange).


Ayant acquis de l’aisance à exprimer par écrit mes pensées et mes sentiments, c’est tout naturellement qu’en 2013, j’entrepris de me consacrer à l’écriture d’un premier roman dont j’illustre la couverture, combinant ainsi ma passion du dessin et de l’écriture. Mes écrits sont mêlés de réalisme et de fiction.

L’émotion et les sentiments prenant une part importante dans mes récits, c’est avec précision que j’aborde entre autres des thèmes comme l’amour, l’amitié, la souffrance et la complexité de la vie. Mes histoires immersives touchent une large palette de personnes, captivant aussi bien les adolescents que les personnes d’âge mûr.

      Qu’est-ce qui te donne l’inspiration pour écrire ?

En général, tout part d’un sentiment, d’une relation à construire ou une émotion à obtenir ! Ensuite, je réfléchis à la manière d’arriver à cela jusqu’à obtenir la trame de l’histoire dans mon esprit. J’ai toujours une idée bien précise des caractères des personnages que je souhaite faire vivre à travers cette nouvelle histoire, je n’ai plus qu’à développer ensuite leur « vie ». J’aime beaucoup écouter de la musique en écrivant d’ailleurs, car elle m’apporte une dose d’émotion que je conserve tout au long du tome.

  



     Quelle passion est plus importante pour toi, l’écriture ou les illustrations ?

Sans aucun doute l’écriture, elle me permet de développer et d’imaginer plus que l’illustration. Le dessin est passé au deuxième plan, c’est pour donner une vie ou une image aux personnages que je crée, je les visualise mieux.

     Qu’est-ce que vous apporte chacune de ces passions ?

L’écriture canalise mon esprit et le dessin m’apaise ! C’est bête à dire, mais c’est ainsi, si je n’écris pas, je deviens nerveuse ! Le dessin quant à lui a toujours été important dans ma vie, je dessine depuis toute petite, c’est un moyen de m’exprimer et de transmettre mes émotions, mais il a été remplacé par l’écriture vers la fin de mon adolescence et dans ma vie d’adulte.

Combien de temps mets-tu pour écrire un livre ?

La question-piège ! En général, j’écris un livre en un mois et demi… Ça peut paraître rapide, mais j’ai toujours eu une facilité à m’exprimer par ce moyen. Je suis une grande bavarde à l’écrit au grand dam de mes professeurs de lycée qui devaient corriger trois copies doubles pour une dissertation d’économie au lieu de la demi page demandée à l’origine !

 Pour lequel de tes livres as-tu le plus apprécié d’écrire

Hum… J’ai aimé écrire chacun de mes livres, mais j’avoue avoir une préférence pour la dernière série sur laquelle je travaille : « Captifs du sort ». Je pense que l’univers médiéval me convient assez bien, les possibilités offertes par la fantasy et le fantastique me permettent d’être plus libre dans la construction de mes romans. Le « Serment Ardent » a été un déclic pour moi, car j’ai eu également beaucoup de plaisir à développer l’histoire d’amour d'Helena et Ethan.


    Qu’est-ce que tu penses des blogueurs littéraires ?

J’ai un avis assez neutre, il n’y a pas si longtemps, j’étais encore chroniqueuse pour Kana, Ototo manga et Soleil manga. De ce point de vue, je ne sais pas comment me positionner encore, lorsque je rédigeais des chroniques, je prenais toujours soin de respecter l’auteur du manga et de tirer les avantages de celui-ci face à un public donné même s’il ne m’avait pas forcément plu. En bref, j’étais toujours positive ! J’ai eu des retours positifs d’ailleurs des blogueurs littéraires et d’autres plus critiques, je pense donc que c’est avant tout une histoire de goût !






   

 Portrait chinois

Si tu étais un livre (autre que les tiens bien sûr)…

« Insaisissable » de Tahereh Mafi ! J’aime le style de l’auteur, il est fluide… De plus, Juliette est un personnage intéressant et passionnant.

Si tu étais un pays

Choix assez difficile, j’hésiterai entre la France et le Japon, deux cultures qui s’opposent, mais dont je sais apprécier chacun des avantages.

Si tu étais un monde imaginaire …

Camelot, car le monde arthurien m’a toujours passionnée. J’écris d’ailleurs des romans actuellement avec des univers assez proches de celui-ci.

Si tu étais une odeur …

Le parfum de la violette, car cette fleur a accompagné mon enfance de diverses manières. De plus dans le langage des fleurs, la violette représente l'innocence, la modestie et la pudeur, ce que j’espère conserver dans ma vie personnelle et l’écriture de mes romans.

Commentaires

Articles les plus consultés