The walking dead tome 1 : L'ascension du gouverneur


Les informations:
Titre en Vo: The Walking Dead: Rise of the Governor

Editeurs: Le livre de poche , France loisirs
Site de l'auteur: http://www.thewalkingdead.com/
Nombre de page: 352 pages
Note:  08/10


Résumé:
Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n’y a pas plus redoutable que le Gouverneur.
Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient. Mais pourquoi est-il si méchant ? Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est ce qu’il est, ce qui l’a conduit à devenir…


Mon avis:
On retrouve l’univers de la série, tout aussi gore, avec tout autant d’action.
La première partie on les voit découvrir le monde tel qu’il est devenue, on les voit comprendre comment rester en vie, puis heureusement que la deuxième partie est différente car on bout d’un moment ça peut paraitre long de les suivre toujours dans les même aventure, la deuxième partie nous a fait rencontrer de nouvelle personne. Et la troisième partie est encore mieux.
En ce qui concerne les personnages je ne les ai pas trouvé très attachant, déjà que dans la série je déteste le gouverneur alors dans le livre, je l’apprécie un peu plus mais pas trop. Et j’aurai aimé plus voir sa fille, être dans sa tête pour voir se quelle pensait et non la voir à travers le frère de Philip.
Le style d’écriture se lit très bien, c’est assez fluide mais rien d’exceptionnel.

Et la fin est waouh je ne sais même pas comment en parlé je me suis dit mais c’est quoi ce truc.

Quelques citations...

De loin, on dirait que la terre s'est ouverte et a vomi des centaines de mort-vivants

Nul homme ne choisit le mal parce que c'est le mal; c'est simplement qu'il le prend pour le bonheur, pour le bien qu'il recherche.

- Je pensais que je serais capable de supporter sa perte.
- Personne n'est jamais prêt.

Commentaires

Articles les plus consultés